Erró chez FolonJoëlle, plaque émaillée, 2015 (détail)

Erró chez Folon

La fondation Folon présente, en collaboration avec Jean Marchetti, une centaine d’œuvres,
aquarelles, collages, sérigraphies, peintures et plaques émaillées: des œuvres permettant
d’appréhender l’univers d’Erró 
qui dénonce l’absurdité de la société contemporaine.

 

  • Erro dans son atelier parisien

 BIO

C’est Erró qui parle : « Il me semble que je suis comme une sorte de chroniqueur, de reporter, dans une énorme agence qui rassemblerait toutes les images du monde et que je suis là pour en faire la synthèse ». Artiste de renommée internationale, Erró (Guðmundur Guðmundsson) naît en 1932 à Ólafsvík en Islande. Admis à l’école des Beaux-Arts de Reykjavík en septembre 1949, il obtient le diplôme de professeur d’art en 1951. Il étudiera ensuite la gravure, la fresque et la peinture à Oslo en Norvège et l’art de la mosaïque en Italie. Sa première exposition se tiendra en 1955 à Florence, Galleria Santa Trinità. Depuis 1958, il vit à Paris où son travail est révélé dans le cadre de la Figuration narrative. Considéré comme un des pionniers de ce mouvement, son œuvre est cependant à la fois pop et baroque. Ni conventionnel ni traditionnel, Erró dépasse les frontières du pop art et si son style ne peut être considéré comme appartenant au Surréalisme, à l’Hyperréalisme ou même au Réalisme social, son travail réunit des éléments de chacun de ces mouvements artistiques. L’histoire du monde moderne s’exprime à travers les œuvres de cet artiste prolifique, profondément humaniste, ce génie de la composition. Ogre iconophile, toujours à l’affût d’images (publicités, photos d’actualité, bandes dessinées, affiches, documents politiques, icônes de l’histoire de l’art,…), Erró rassemble et détourne les visuels qui l’entourent tel un précurseur d’internet, inventant des formes de narrations, des grilles de vocabulaire, une grammaire et une rhétorique inédites. Les collages, base préparatoire à l’exécution de la toile, correspondent à une activité créative à part entière.

Erró pendant la viste de la fondation Folon.

Erró pendant la visite de la fondation Folon.

ERRO GENERATEUR D’IMAGES & GALAXIE ERRO

Rendez-vous matinal à la Gare du Nord. En compagnie d’Erró, le Thalys nous emmène vers  Bruxelles. Pour un premier arrêt en un lieu étonnant, Le Salon d’Art, dont l’enseigne a été conçue par Roland Topor. On semble pénétrer dans un salon de coiffure, mais, aux murs, tout un ensemble de d’œuvres d’Erró font que nous sommes aussi dans une galerie d’art, dans le quartier Saint-Gilles. C’est le fief de Jean Marchetti, par ailleurs éditeur d’art. Sa maison d’édition La Pierre d’Alun a été créée en 1982 et son logo dessiné par Pierre Alechinsky et commissaire de l’exposition Erró à la fondation Folon. Son exposition, intitulée Erró Générateur d’images, sous le commissariat de Daniel Abadie et concomitante avec celle de la Fondation Folon, couronne, en fait, le 40ème anniversaire de cette originale galerie qu’est Le Salon d’Art, Bruxelles. On peut la voir jusqu’au 24 décembre. Visite des lieux, premières signatures d’Erró, convivialité. Puis un taxi va nous mener jusqu’à la fondation Folon, à une vingtaine de kilomètres de la capitale. Située dans la Ferme du Château de La Hulpe, propriété de la Wallonie, la Fondation Folon a vu le jour le 28 octobre 2000, à l’initiative de Jean-Michel Folon. Alors que l’Italie et la France lui proposent des espaces remarquables, l’artiste tombe sous le charme de la proposition que lui fait la Wallonie d’installer sa fondation à 15 minutes de Bruxelles, à la lisière de la forêt de Soignes, dans le parc Solvay, à La Hulpe. Dans un écrin de verdure de 227 hectares que Folon visitait lorsqu’il était enfant, lorsqu’il venait de promener dans ce jardin aux mille rhododendrons. La visite va pouvoir commencer. Nous entrons par une porte pivotante, en fait un livre géant. Les lumières sont tamisées. Tout un ensemble d’œuvres de Folon, de la musique, des films, des effets d’optique, des jeux de miroir et une myriade d’étoiles animent ce parcours interactif, imaginé par Folon lui-même. Nous sortons, en passant devant une sculpture aquatique de Folon, avant de pénétrer dans le deuxième bâtiment. Visite de l’atelier de Folon reconstitué, puis montée d’un étage pour accéder à l’exposition Erró. Entrons donc dans cette Galaxie Erró, toujours sous le commissariat de Daniel Abadie. Sur le plan chronologique, la première œuvre proposée est une technique mixte sur papier, datée 13 mai 1958, suivie des Mécapoèmes, de la même annéee. Beaucoup d’aquarelles et de collages avec toutes les constantes d’Erró : Mao, l’Histoire revisitée, les Super Heros tout aussi revisités, etc. Une décharge graphique d’une grande intensité. Certaines de ses pièces ont été rapprochées d’œuvres de Folon. Cela fonctionne pariculièrement bien lorsque The computermaniac cotoie L’automne à Pékin de Folon. Une exposition totalement jubilatoire. Une occasion aussi de découvrir la fondation Folon. Pourquoi s’en priver ?

Erro. Galaxie Erró.
Exposition temporaire jusqu’au 29 janvier 2017. La fondation Folon, Ferme du Château de La Hulpe, Drève de la Ramée 6A, 1310 La Hulpe (près de Bruxelles). Du mardi au dimanche : de 9h à 117h (le week-end  de 10h à 18h). Entrée : 14 €. Tél. : +32 (0)2 653 34 56. Site Web : www.fondationfolon.be

COMMENTAIRES