Matisse Baudelaire / Les fleurs du mal

 

matissebaudelaireles-fleurs-du-malMATISSE BAUDELAIRE
LES FLEURS DU MAL

> Accompagné d’un livret
signé Stéphane Guégan.
Hazan
224 pages / 25 €

UN PANORAMA
Hommage à Baudelaire, hommage à Matisse, un livre-événement réédité à un prix modéré. Durant l’été 1944, Matisse se décida à illustrer Les Fleurs du mal de Baudelaire, comme il en fit de même pour Mallarmé, Ronsard, Charles d’Orléans et bien d’autres. Il dessina 34 visages au crayon gras, compositions qui viendront orner l’édition de 1947, publiée par La Bibliothèque française. Les 150 ans qui nous séparent de la première édition des Fleurs du mal n’ont fait qu’en confirmer la valeur inaugurale et l’impact sur les artistes. En 1857, il s’agissait pour le poète de se délester du vieux romantisme, trop idéaliste, de traduire l’esprit du temps, ce qu’il appelle « la modernité », et d’explorer la face sombre de sa propre conscience, condamnée aux limites et aux plaisirs d’une époque désenchantée.

NOTRE AVIS
Dans un sobre coffret, voici d’abord cette réédition de l’ouvrage original paru en 1947. Près de 70 plus tard. Nous avons, d’un côté, la fulgurance des vers de Charles Baudelaire, jugés sulfureux en leur temps. Une typographie aérée avec des espaces créés toutes les quatre lignes des poèmes. Les crayons gras d’Henri Matisse se  font aériens, chargés d’une douce sensualité. Le trait est plutôt fin et le point commun entre ces dessins et la poésie de Baudelaire est celui d’un amour commun de la créolité. Ce n’est pas un livre qu’il faut feuilleter, mais qu’il faut savourer. Vous aller pouvoir lire, alors, le livret qui accompagne cet ensemble. Signé Stéphane Guégan.

COMMENTAIRES