Aki Kuroda / William Shakespeare / Hamlet

 

kurodaALI KURODA / WILLIAM SHAKESPEARE
HAMLET
> Illustrations d’Aki Kuroda
Gallimard
208 pages / 50 illustrations / 45 €

Après Un amour de Swann orné par Pierre Alechinsky, les Éditions Gallimard donnent carte blanche à un artiste qui a choisi d’investir l’univers de William Shakespeare. « « Être ou ne pas être », nous dit Aki Kuroda, est une phrase qui a habité mon enfance sans que je ne connaisse vraiment son contexte ». Adulte, il a développé une véritable passion pour ce texte du dramaturge anglais qui a été une authentique source d’inspiration. « Il s’agit d’un véritable travail de collaboration avec Shakespeare qui va au-delà du temps et de l’espace. J’ai téléphoné à William et nous en avons parlé » explique-t-il avec humour. Cette édition intégrale, traduite de l’anglais par Jean-Michel Déprats, est accompagnée d’environ cinquante œuvres originales d’Aki Kuroda.
Aki Kuroda, « ni japonais ni français, mais « déraciné » », est installé en France depuis 1970. La diversité de ses créations (décorateur de ballet, metteur en scène de spectacles, éditeur de revues) fait de lui un artiste aux multiples facettes. Depuis les années 1990, il réalise des spectacles-performances, Cosmogarden (Jardin du Cosmos), qu’il créé en collaboration avec des artistes travaillant dans des domaines tels que la danse contemporaine ou l’architecture. Cette année 2016 marque le 400e anniversaire de la mort de William Shakespeare (1564-1616). Publié à l’occasion des célébrations organisées dans le monde entier, le texte de Shakespeare est tiré de la Pléiade, Tragédies, tome I, paru en 2002 sous la direction de Jean-Michel Déprats.

www.artactuel.paris > NOTRE AVIS
Dans la lignée de ce qu’avait donc réalisé Pierre Alechinski pour Un amour de Swann de Marcel Proust, voici un livre de grand format à la fois élégant et raffiné avec la couverture blanche chère à l’éditeur, soulignée d’un bandeau rouge à la calligraphie noire, nous signalant que nous allons entrer dans un autre univers, celui de la tragique histoire d’Hamlet,  fils d’Hamlet, défunt roi du Danemark , telle que l’a  écrite William Shakespeare en  0000, mais comme survitaminée par Aki Kuroda. D’entrée, l’artiste pose ses marques avec avec ce portrait vigoureux du prince. Sur la page de gauche, HAMLET a été inversé sur deux lignes. Doubles pages, pleines pages en liaison avec un extrait, mais aussi dessins de différents formats, dont des très petits soudainement intégrés au texte, Ari Kuroda semble avoir voulu être comme un musicien de jazz pratiquant la technique des solos, mais complètements intégrés à l’oeuvre principale, celle de William Shakespeare. C’est un livre qu’il ne faut pas feuilleter, mais parcourir double page après double page. Parfois, l’illustration d’Ari Kuroda semble se faire attendre, avant de revenir à la bonne page, à la bonne place. Surligner n’est pas souligner. That is the question ! Ari Kuroda en apporte la réponse.

COMMENTAIRES