Musées Yves Saint Laurent > Paris & Marrakech

Musées Yves Saint Laurent > Paris & Marrakech

 

 

Le musée Yves Saint Laurent de Paris

 

 

Le Musée Yves Saint Laurent Paris a ouvert ses portes avec un parcours rétrospectif inédit de l’œuvre d’Yves Saint Laurent, présenté dans le lieu historique de l’ancienne maison de couture.Ce parcours inaugural rend compte
du génie créatif du couturier à partir d’une sélection d’une cinquantaine de modèles de haute couture accompagnés d’accessoires, de croquis, de photographies ou de films. Des modèles les plus emblématiques  qui sont la quintessence du style Saint Laurent, à ses hommages à l’art, en passant par ses collections inspirées d’horizons rêvés comme la Chine, l’Inde, l’Espagne et bien sûr la Russie, cette présentation aborde tous les grands thèmes.  Elle n’en demeure pas moins tout à fait inédite : les créations les plus célèbres comme la robe Mondrian ou les tenues d’inspiration africaine, côtoient des pièces exposées pour la toute première fois à travers des associations ou des dialogues imaginés spécialement pour cette ouverture. Dans l’atelier à l’étage, restitué quasiment à l’identique, se trouvent notamment les lunettes de Saint Laurent, posées sur son bureau, ainsi que sa blouse blanche sur le dossier de la chaise. La gamelle de son chien Moujik est disposée au pied de la table. Les pièces emblématiques du couturier sont en bonne place : le smoking, la saharienne, le jumpsuit, le trench coat, devenues des classiques de la garde-robe féminine. Des pièces de sa première collection en 1962 sont également visibles, tout comme des croquis et des photos de sa préparation. Installé dans l’hôtel particulier historique du 5 avenue Marceau où naquirent durant près de trente ans, de 1974 à 2002, les créations d’Yves Saint Laurent, le parcours explore aussi la vie de la maison de couture  et le processus de création d’une collection. Il se veut enfin le témoin de l’Histoire  du 20e siècle et d’une haute couture qui accompagnait un certain art de vivre aujourd’hui disparu. À ce jour, la collection du musée, propriété de la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, n’a pas d’équivalent dans le milieu international de la haute couture. Le patrimoine conservé par la Fondation est un trésor unique en son genre.

Le Musée Yves Saint Laurent Paris est le premier musée de ce cette ampleur
consacré à l’œuvre d’un des plus grands couturiers du 20e siècle à ouvrir dans la capitale de la mode.

Il présentera alternativement, sur plus de 450 m2, parcours rétrospectif et expositions temporaires thématiques
dont la première consacrée à l’Asie rêvée d’Yves Saint Laurent est prévue pour l’automne 2018.

 

 

Clip vidéo > L’ouverture du musée Yves Saint Laurent > Par L’Express

 

Musée YSL Paris, 5, avenue Marceau, 75116 Paris. Date d’ouverture : le 3 octobre 2017

Tél. :+33 (0)1 44 31 64 00. Prix d’entrée : 7 €.

Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h (dernière entrée à 17h15). Nocturne le vendredi jusqu’à 21h (dernière entrée à 20h15).

Site Web : museeyslparis.com

 

Le musée Yves Saint Laurent Marrakech

RUE YVES SAINT LAURENT, 40000 MARRAKECH
OUVERT TOUS LES JOURS (sauf mercredi) DE 10 H À 18 H
Entrée : 100DH / Citoyens marocains et Etrangers au Maroc : 60 DDH 

www.museeyslmarrakech.com

Situé à proximité du Jardin Majorelle, acquis par Yves Saint Laurent et Pierre Bergé en 1980, ce nouveau bâtiment d’une surface totale de près de 4 000 m2 est plus qu’un simple musée. Dédié au couturier et à son œuvre, il accueille une partie de la collection de la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent. Il comprend un espace d’exposition permanente de 400 m2, présentant l’œuvre d’Yves Saint Laurent dans une scénographie originale de Christophe Martin. Le musée accueille également
une salle d’exposition temporaire (la première a été consacrée au peintre Jacques Majorelle), une bibliothèque de recherche rassemblant plus de 5 000 ouvrages, un auditorium de 150 places, une librairie et un café avec terrasse. La conception de ce projet a été confiée à Studio KO, cabinet d’architectes fondé par Olivier Marty et Karl Fournier. En façade, le bâtiment se présente comme un assemblage de cubes, habillés de dentelles de briques, motifs qui rappellent la trame d’un tissu. L’intérieur, telle une doublure de vêtement, est radicalement diffèrent : velouté, lisse et lumineux.

L’exposition temporaire actuelle

 

Les robes sculptures de Noureddine Azmir

Du 23 février au 22 avril 2018, la Fondation Jardin Majorelle présente une exposition d’œuvres du couturier marocain Noureddine Amir, dans la salle d’exposition temporaire du musée YVES SAINT LAURENT Marrakech. La Fondation souhaite ainsi rendre hommage à l’artiste qui se distingue par une adaptation singulière de l’arti- sanat marocain dans ses créations. Le couturier s’imprègne d’un héritage et de savoir faire ancestraux marocains qu’il décline et renouvelle dans son travail. Telles des sculptures, les œuvres de Noureddine Amir trouvent leur genèse dans des matières brutes et organiques originaires du Maroc qui en déterminent les formes. C’est à l’occasion d’une exposition des œuvres de Noureddine Amir à l’Institut du Monde Arabe à Paris en2014 que Pierre Bergé remarque son travail et décide aussitôt de lui consacrer une exposition à la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent à Paris en 2016. En 2018, Noureddine Amir est invité par la Fédération de la Haute Couture et de la Mode fran- çaise à participer au défilé Haute Couture de la Fashion Week à Paris qui se tiendra du 1er au 5 juillet. Noureddine Amir est le premier créateur marocain à prendre part ce rendez-vous incontournable de la mode.

 La Fondation Jardin Majorelle, fidèle à sa mission de promotion du patrimoine marocain et désireuse de mieux faire connaitre l’œuvre de Noureddine Amir, accueille les créations de l’artiste dans la salle d’exposition tem- poraire du musée YVES SAINT LAURENT Marrakech. Cette salle conçue selon les normes muséologiques internationales, est pensée comme une vitrine culturelle et artistique en mesure d’accueillir toutes sortes d’ex-positions sur la mode, l’art, la création contemporaine, l’anthropologie et la botanique. Noureddine Amir travaille l’habit comme s’il travaillait la peau. Il prend la laine, le raphia ou la soie, les soumet à un traitement particulier. Ils subissent une transforma tion pour une adaptation ou réadaptation à la vie. Avant d’arriver au public, ils sont soumis à un processus d’initiation. Ils sont teints au henné, à la peau de grenade sèche ou à l’indigo. Ils sont parfois traités à la pierre d’alun. Or, celui qui connait ces matières et leurs multiples fonctions traditionnelles sait que beaucoup defemmes les utilisent pour tanner la peau des bêtes ou raffermir celle de leur propre corps.

Recommandé par Art Actuel > artactuel.com 

 

COMMENTAIRES