Fondation Vuitton > La machine Jean-Michel Basquiat fait tout son effet

Fondation Vuitton > La machine Jean-Michel Basquiat fait tout son effet

 

 

L’affiche à l’entrée de la Fondation Vuitton.

En réunissant un maximum de grands formats peints par Jean-Michel Basquiat,

la Fondation Vuitton a frappé un grand coup pour une exposition

qui est un grand succès public. Réservation sur Internet recommandée.

 

Car Crash, 1980.

Sans titre (détail),1982.

Grillo, 1984.

Dos Cabezas,1982.

 

Sans titre (détail), 1987.

 

En réunissant environ 120 toiles et dessins majeurs de Jean-Michel Basquiat, la Fondation Vuitton présente l’une des expositions les plus en vue

de la scène arty de cette rentrée 2108. A tel point qu’elle occulte quelque peu l’autre exposition consacrée à Egon Schiele simultanément visble en ce même lieu.

Le succès a été immédiat et l’accès à l’entrée est facilité si vous avez réservé par Internet, ceci par tranches de 30 minutes.

Nous vous conseillons de commencer par l’exposition Egon Shiele présentée en lumière tamisée.

Ensuite, vous aurez tout le loisir de monter dans les étages et d’apprécier toute la force des oeuvres de Jean-Michel Basquiat.

Ce n’est pas la première fois que l’on peut voir sa production à Paris. Le musée Maillol et le musée d’Art moderne ont précédé,

mais cette fois la monstration est encore plus impressionnante. L’oeuvre est très puissante et diversifiée.

L’impact des immenses Heads est contrebalancé par tout un ensemble de pièces calligraphiées

avec une organisation picturale très maîtrisée des textes ou formules incluses.

Jean-Michel Basquiat confirme qu’il est peut-être l’artiste le plus important de la fin du 20e siècle,

en tout cas le plus explosif et le plus surprenant par la continuité de son propos. Il ne renie jamais ses origines haïtiennes,

voire africaines. IL affiche ses révoltes avec détermination. Plus qu’un ariste, c’est un démiurge de la peinture contemporaine.

JEAN-MICHEL BASQUIAT > Fondation Louis Vuitton. Jusqu’au 19 janvier 2019.

 

 

 

i.

.

 

 

 

COMMENTAIRES